Rétrospective: L’icone de Zetor: le Crsytal 8011

En 1968, les premiers tracteurs Zetor Crystal 8011 sortaient de l’usine chez Zetor Brno, en Tchécoslovaquie. Le Zetor Crystal 8011 était atypique, non seulement dans son type et sa conception, mais surtout à cause de la cabine silencieuse avec siège passager, vitesses routières et réduites, prise de force à deux tours et installation de pression d’air rendaient ce tracteur à 4 cylindres imbattable en termes d’équipement de base.

Le nom “Crystal 8011” ne référait pas seulement à la puissance de 80 chevaux.  L’addition “Crystal” était un clin d’œil vers l’industrie de cristal en Tchécoslovaquie.

Pub

Développement débutant en 1964
Le développement du Crystal débutait en 1964, lorsque le bureau politique a décidé que, dans le cadre d’un projet de collaboration entre Zetor et Ursus (Tchécoslovaquie et Pologne), une nouvelle série de tracteurs lourds serait développée pour compléter la série UR1, plus légère.
L’entreprise d’État ZKL Brno présentait le Zetor Crystal 8011 à tous les salons d’agriculture internationaux d’importance en 1969.
 A cause de la collaboration avec Ursus, le 8011 présentait beaucoup de similarités avec l’Ursus C 385.  En juillet 1969, le Zetor 8011 était essayé par le CEMAG à Gembloux.   Le Crystal 8011 impressionnait par sa cabine silencieuse (moins de 85 dB(a)) mais la construction d’une direction avec une connexion directe entre volant et roues avant, mécanique mais hydrauliquement assistée était également appréciée lors des essais. 

Concept bien pensé
Le 8011 était équipé d’un moteur 4 cylindres Zetor 8001 à grande capacité (4562 cm3) avec une puissance maximale de 80 chevaux grâce à la pompe Pal avec injection directe de carburant. Un cadre de fixation était intégré des deux côtés du moteur à refroidissement à eau pour permettre le montage éventuel d’un chargeur frontal.  Dès l’introduction, Zetor livrait un chargeur frontal à système à parallélogramme si souhaité.

Le 8011 avait une boîte de vitesse 8/2 avec des vitesses routières et réduites: le tracteur disposait donc d’un total de 16 vitesses avant et 8 arrières. Grâce à ce Multi-Power, la vitesse de roulage était réduite de 25% lorsqu’on passait à une vitesse inférieure, alors que le couple augmentait d’un quart.

L’embrayage à lamelles à actionnement hydraulique avait le grand avantage que la prise de force et la boite d’engrenage attelé étaient épargnés, puisque le nombre de tours augmentait de façon progressive. Un système que Zetor appliquait également sur la version 4×4 du 8011, le 8045, introduit en 1973. Ce tracteur avait un essieu avant à réduction finale planétaire et double cardans. L’essieu avant était entraîné depuis le pont arrière et enclenché par un embrayage a lamelles à commandes hydrauliques pouvant être enclenché et éteint pendant la conduite grâce à un bouton. 

Le Zetor 8011/8045 est resté en production jusqu’en 1982 et a servi de modèle pour les autres tracteurs de la série Crystal (100, 120 et 160 chevaux). Zetor Brno a produit un total de plus de 37.777 exemplaires du 8011/8045.

 

 Jan Van Elsacker: “Le Zetor Crystal 8011 etait le tracteur le plus occidental des pays de l’est”
Jan Van Elsacker a fondé une entreprise de mécanisation agricole à Wiekevorst (Anvers) en 1978 avec, entre autres, les marques de tracteur Steyr et Zetor. Jan étant actif en tant que technicien et responsable après-ventes depuis 1970 chez l’importateur Steyr et Zetor Hocké, il était logique de travailler avec ces marques. Il va donc de soi que Jan avait une expérience étendue avec les modèles Steyr et Zetor, dont le Zetor Crystal 8011.

Quelle était votre première réaction lorsque le 8011 était présenté?
“J’étais impressionné. Le 8011 respirait la puissance. Le concept et les détails techniques démontraient une connaissance étendue des conditions pratiques.”

Qu’est-ce qui rendait le Zetor 8011 si spécial?
“La cabine de sécurité entièrement fermée, la boîte de vitesses avec vitesses routières et réduites et l’embrayage hydraulique de la prise de force avec deux vitesses. Lors de l’introduction, en 1969, il n’y avait qu’un seul autre fabricant qui équipait ses tracteurs d’une cabine silencieuse: Volvo BM. La cabine du 8011, avec chauffage radiateur, était montée sur des blocs en caoutchouc. Tout cela, ainsi que la combinaison d’un essieu avant à ressorts en spirales avec un siège à suspension pneumatique assurait un excellent confort.”
Quel était l’argument principal pour l’achat d’un Zetor 8011?
“Le prix raisonnable, 275.000 BEF (€ 6875) en 1972, et le fait que la machine offrait des avantages alléchants.  Par exemple, le bon suivi des vitesses, les vitesses routières et réduites et le moteur au fonctionnement impeccable. D’autre particularités, comme l’installation de freins pneumatiques avec compresseur, la section de masse et la lucarne dans le toit pouvant s’ouvrir devant, derrière et entièrement, marchaient très bien.”

Pourtant, le Zetor Crystal 8011 a une réputation négative.  Comment expliques-tu cela?
“Il faut admettre que le 8011 avait quelques traits typiques des machines de l’Europe de l’est. La machine était produite par une entreprise d’État, typique de ces pays, où l’implication des employés était minimale.  Cela faisait que les certains détails n’étaient pas comme il fallait. L’organisation d’export tchécoslovaque Motokov et l’importateur Hocké ont toutefois tout mis en œuvre afin de délivrer tous les tracteurs Zetor selon les normes européennes. Un contrôle technique avant livraison ainsi que trois contrôles gratuits par un technicien spécialisé faisaient partie de la procédure standard.”

“Pour l’époque, le Zetor 8011 était un très grand tracteur et cela donnait des problèmes dans l’utilisation. Le moteur à 4 cylindres de 80 chevaux était souvent utilisé en combinaison avec des outils trop lourds qui nécessitaient plutôt un tracteur à 6 cylindres avec entraînement des roues avant.  Le Zetor 8011 était un tracteur qui demandait du feeling. Vu que les groupes de vitesses n’étaient pas synchronisés, il fallait sentir le dosage de gaz et de couple. Le Multi-Power, à utiliser sans embrayage, était pratique dans ces cas-là.”

 “De plus, le 8011 n’était souvent pas le premier tracteur acheté, et vu que le prix n’était pas trop élevé comparé à la compétition, il était souvent réservé aux chauffeurs temporaires ou débutants. Ceux-ci n’avait pas beaucoup d’expérience et étaient moins délicats avec les commandes, qui devaient être utilisées avec un certain respect. La plupart des réparations que nous avons effectuées étaient dues à soit une mauvaise utilisation, soit des un mauvais suivi des entretiens.  Toutefois, bien des entreprises ont eu l’occasion de se faire des réserves financières grâce à l’utilisation d’un ou de plusieurs tracteurs – surtout la version 4×4 – afin de pouvoir se permettre des marques plus chères après.

_

Texte: Jan Ebinger Images: Jan Ebinger & De oude doos.be