Rétrospective: Massey Ferguson 37: Enjambeur francais au coeur anglais

De passage à Beaumes-de-Venise, en Vaucluse (France), une région réputée pour son vin de dessert et d’apéritif, je découvre un Massey Ferguson 37 dans une construction peu commune dans nos régions. Il s’agit d’un “enjambeur”, soit un tracteur à grande garde au sol.

Son propriétaire Guy Lambert m’explique que le MF 37 n’est plus utilisé depuis une dizaine d’année suite à un problème moteur. Le MF 37 se trouve dans un état exceptionnel malgré le fait qu’il n’est pas rangé sous un toit. Les gardes-boues typiques de la machine avec supports Ferguson originaux ainsi que le capot ne présentent nulle trace d’oxydation et ne souffrent que d’une légère décoloration due à l’exposition au soleil. A part la grille et l’emblème frontale MF, le tracteur est toujours complet.

Populaire dans les années soixante.
Le MF 37 était livrable en 3 versions: standard, à voies étroites ou en version vignoble. Bon nombre de tracteurs standard ont été convertis en enjambeurs dans le sud de la France au cours des années 60. Certains montaient même un châssis spécial dans lequel on pouvait monter ou démonter le tracteur. L’idée était que lorsque le tracteur n’était pas utilisé en tant qu’enjambeur, il pouvait fonctionner comme tracteur normal. Dans la pratique, cela arrivait rarement. Les outils de relevage nécessaires étaient difficiles à obtenir à l’époque, et la conversion s’avérait trop compliquée. Grâce au canal d’irrigation présent dans la région de Beaumes-de-Venise, le MF 37 en version enjambeur travaillait dans la récolte de pommes de terre et légumes primeur au départ. Le succès du vin muscat dans la région a toutefois fait que ces cultures ont été remplacées par des vignobles dans le courant des années. Une culture à rangs pour laquelle ce MF 37 s’avérait particulièrement pratique. Le tracteur était surtout utilisé en combinaison avec un pulvérisateur, un déchaumeur à disques ou un cultivateur.

Made in France
Tout comme dans les autres pays de l’Europe de l’Ouest, la vente de tracteurs a connu un boom au début des années soixante et la demande de petit tracteurs légers dans les classes de 30 à 35 ch était élevée. En réaction, MF décidait de construire une nouvelle usine sur un terrain de 30 ha à Beauvais, au nord de Paris, malgré la présence de l’ancien site Massey Harris à Marquette-lès-Lille ainsi qu’une usine de tracteurs moderne à Coventry, en Angleterre.  Le premier tracteur produit par l’usine MF de Beauvais, en 1960, était le MF 825 équipé d’un moteur 4A107 Perkins d’une capacité de 25 ch. Ce tracteur à 4 cylindres a été produit jusqu’en 1963. En 1964, on lançait le MF 37, construit spécialement pour le marché français et répondant à la demande de plus de puissance avec ses 37 ch. Ce tracteur à trois cylindres était bien évidemment équipé d’un moteur Perkins A3-152, qui délivrait 13% de performance supplémentaire par rapport à son prédécesseur.  Nous disions ‘bien entendu’, parce Massey Ferguson avait racheté l’usine de moteurs à diesel F. Perkins de Peterborough en 1959.  Le MF 35, très populaire dans le Benelux, disposait du même moteur équipé de double filtres de carburant et d’une vilebrequin à 4 roulements. Les MF 35 et 37 présentaient beaucoup de similarités. La différence majeure était que les tracteurs MF importés en Belgique et dans les Pays-Bas par Agribel et Brinkmann & Niemeyer provenaient de l’usine anglaise MF de Coventry.

Pub

Pub

Pub

Le MF 37 disposait d’une boîte de 6 vitesses avant et 2 arrières ainsi que des pneus arrière 10 x 28 et avant de 6.00 x 16. La largeur des voies était réglable de 122 à 203 cm dans des échelons de 5 cm, la garde au sol était de 53 cm. La version enjambeur de monsieur Lambert présente toutefois des caractéristiques différentes. La largeur des voies est de 160 cm et la garde au sol sous le moteur est de 115 cm, plus que le double par rapport à la version standard.

La carrière du MF 37 était malheureusement de courte durée. En 1965, MF a introduit la toute nouvelle série 100, composée de six modèles au moment de son lancement: le 122, 130, 135, 140, 145, 165 et 175 avec des puissances de 24 à 68 ch. Le 135 était le remplaçant du 35X, le 140 succédait au 37 et les modèles 145 et 165 venaient à la place des 42 et 65.

 

170 années de Massey Ferguson
L’histoire de Massey Ferguson remonte à 1847, il y a 170 ans exactement, quand Daniel Massey ouvrait un atelier à Ontario, au Canada, où il construisait et réparait des outils agricoles simples. Dix années plus tard, Alanson Harris, également canadien, ouvrait un commerce semblable. Les deux entreprises ont fusionné en mai 1891, formant Massey Harris United. En 1938, Massey Harris United développait la première moissonneuse-batteuse automotrice. La prochaine étape était l’arrivée, en 1953, de Harry Ferguson, un fils de fermier de l’Irlande du nord, inventeur et créateur du système de relevage à trois points avec contrôle hydraulique des outils fixés au système de relevage. L’entreprise ainsi formée a donc acquis le système Ferguson, qui faisait en sorte que le poids des outils pouvait être pris sur les roues arrières du tracteur, améliorant la traction. Suite à la fusion avec Ferguson, le nom fut changé en Massey Harris Ferguson. En 1958, le nom a été écourté: Massey Ferguson était un fait.

En novembre 1960, Massey Ferguson a ouvert une nouvelle usine à Beauvais, en France. Plus de 900.000 tracteurs y ont été construits et exporté mondialement depuis l’ouverture.