Ploeger AR-4BX, grande capacité avec 14 années d’expérience

 

Ploeger est actif avec des arracheuses de pommes de terre automotrices depuis 2003. Le fabricant construit des arracheuses-chargeuses et des arracheuses à trémie et a introduit la série d’arracheuses à trémie AR-BX il y a quatre ans. La série d’arracheuses-chargeuses AR-W partage beaucoup de technique avec l’arracheuse à trémie. En ce moment, 98% des automotrices vendues sont des arracheuses à trémie à 4 rangées.

Pub

A la fin des années 50, Gerrit Ploeger a commencé la construction de sa première machine de récolte.  L’une de ses récoltes majeures était des haricots verts et en 1959, il a développé une machine de cueille mécanique de haricots afin de mécaniser ce travail intensif. La première machine automotrice suivait en 1968 et, dans le courant des années 80 et 90, suivaient plusieurs arracheuses pour légumes destinées à l’industrie. En 2003, Ploeger faisait son entrée sur le marché des arracheuses de pommes de terre et en 2012, Ploeger et l’entreprise américaine Oxbo se sont joints. En 2016, on a opté pour de nouvelles couleurs avec le jaune comme couleur principale. Ce coloris a également été choisi pour la dernière nouveauté, l’épandeur automoteur.

BX comme deuxième génération
En 2003, Ploeger introduit l’AR-4B, une arracheuse de pommes de terre à 4 rangées. Les premiers prototypes sont munis de diabolos et de pneus larges sur l’essieu arrière. Après la construction de trois machines sur roues, l’entreprise passe aux chenilles pour plus de capacité de charge et surtout pour plus de stabilité lors de la décharge. Très vite, on a abandonné les diabolos suite aux problèmes dans le sol noir collant ou le sol sableuse  trop léger. Depuis, l’arrachage se fait avec des disques d’arrachage entraînés et le réglage de profondeur par des capteurs traînées. Avec l’arrivée de la deuxième génération d’arracheuses à trémie, l’AR-4BX, on passe de socs d’arrachage en acier vers la matière synthétique. Celles-ci ont moins d’effet bulldozer, ne s’encrassent pas et ne présentent pas de corrosion. Bien que les pierres font des griffes dans le matériel, l’usure n’est pas trop importante selon le fabricant.

L’introduction de la deuxième génération d’arracheuse de pommes de terre automotrice a été inspirée principalement par le passage vers un autre livreur de moteurs ainsi que de la classe d’émission plus stricte. Un moteur de ligne Scania DC13 à 6 cylindres de 450 chevaux remplace le moteur Deutz. Ploeger s’est également occupé du trajet de nettoyage. Si les trois tapis de tamisage sont plus étroits vers l’arrière chez l’AR-4B, les trois tapis de tamisage de l’AR-4BX et l’AR-4W font 2,84m de largeur. Ceci est possible puisque le châssis principal n’est plus au milieu, mais à l’extérieur. Grâce à cela, les tapis ne sont plus séparés les un des autres. Ou, comme l’explique product manager Izak van Eijzeren: “Les entrepreneurs de travaux agricoles et les agriculteurs veulent une capacité de nettoyage, pas un châssis.  C’est pour cette raison que nos arracheuses de pommes de terre sont assez longues: le nettoyage doit venir de la longueur ou de l’agressivité.” A cet effet, Ploeger propose un séparateur de rouleaux ainsi que des rouleaux à tétines en plus des tapis de tamisage et des rouleaux axiaux. Les entrepreneurs de travaux agricole qui arrachent sur des sols lourds choisissent souvent cet arsenal complet en outils de nettoyage. Pour ceux qui arrachent sur des sols plus légers, il y a également un tapis bypass pour les rouleaux axiaux. Sur les sols plus légers, un léger tapis à tétines suffit souvent. En comparaison avec l’AR-4BX, l’AR-4W a un deuxième tapis de tamisage plus long, et un troisième plus court. Par rapport au AR-4B, la capacité de trémie a augmenté de 12,5 à 13 tonnes vers 14 tonnes sur l’AR-4BX afin de pouvoir remplir une benne tridem avec deux trémies remplies, une forte demande du client. Les roues avant ont un angle de braquage de 48° et les chenilles de 20°.  La conduite en chienne est possible, et la conduite en chienne légère pendant l’arrachage écarte les chenilles du produit à arracher.

Surtout des machines à 4 rangées
Ploeger construit environ 10 arracheuses de pommes de terre automotrices par an.  Les marchés les plus importants sont les Pays-Bas, l’Allemagne et le Royaume Uni. En ce moment, l’AR-4BX est la version la plus populaire. Il y a également un AR-3BX large et AR-4BX larges de 4m, tous deux avec une distance de rangs de 90cm au lieu de 75cm. L’arracheuse-chargeuse AR-4W est livrable dans les mêmes versions et également comme machine à 6 rangées avec une distance de rangs de 90cm. Cinq de ces machines ont jusqu’à présent été livrées au Canada. Selon Van Eijzeren, la part de marché des arracheuses-chargeuses dépend surtout des chances d’exportation. “Dans les zones à grandes échelle en Europe de l’Est et en Amérique du Nord, une trémie de 14 tonnes n’a que peu à ajouter sur des parcelles longues. On aime autant rouler à côté avec un tracteur ou un camion.”

L’élevateur softpocket en pvc, introduit en 2014, se retrouve également sur l’AR-4BX et transporte le produit vers la trémie dans des espèces de petits hamacs.  Donc, pas besoin d’ameneurs. Les sangles intérieures et extérieures de l’élévateur ont une différence de vitesse qui fait que les pommes de terre sont éjectées. Selon Izak van Eijzeren, les arracheuses se caractérisent par leur capacité de faire du bon travail même par conditions difficiles, comme à l’occasion de Potato Europe récemment.  Selon lui, les tapis de tamisage à entraînement forcé et les modules de nettoyage qui continuent à faire leur travail même avec de la terre qui reste collée aident.

Les arracheuses de pommes de terre Ploeger sont désormais livrables avec mesurage de rendement de Precision Makers et Trimble, mais jusqu’à présent, seul l’entreprise néerlandaise Scholtenszathe utilise ceci.