Actualité

Manifestation d’agriculteurs entre désespoir et polarisation

Depuis quelques jours, le mouvement de protestation des agriculteurs s’étend également à notre pays. Le mécontentement du secteur sur de nombreuses questions existait déjà depuis un certain temps, mais les actions menées dans d’autres pays semblent également pousser nos agriculteurs à mener des actions plus intenses. Les routes sont bloquées et les actions sont beaucoup moins coordonnées par les groupes d’intérêt. Ceux-ci ont de la sympathie pour le mouvement, mais appellent en même temps à des actions pacifiques et au respect de la police et des services d’urgence.

Dans un premier temps, ces actions touchent principalement les mauvaises personnes. Cette mère qui annonce depuis l’embouteillage que son enfant n’arrivera pas à temps à l’hôpital pour recevoir le traitement anticancéreux dont il a tant besoin en est peut-être la meilleure illustration. Les décideurs politiques visés ne se trouvent pas dans cet embouteillage. Ceux-ci demandent, depuis leur bureau, que les blocages soient levés. Et s’ils doivent se déplacer eux-mêmes, une escorte policière veillera à ce qu’ils soient peu affectés par les barrages dressés par les agriculteurs en colère.

Pub


Désemparés

Sur les médias sociaux, nous voyons également des agriculteurs qui ne souhaitent pas soutenir de telles actions. Les organisations patronales, quant à elles, appellent déjà à des mesures sévères. Les sociologues et les philosophes préviennent que la compréhension se transformera rapidement en irritation. Je me demande donc pourquoi ces actions ont quand même lieu. En effet, le risque de discorde au sein du secteur n’est pas inexistant. Ou que le soutien de l’homme de la rue s’effrite. Je ne vois qu’une seule raison : nos agriculteurs sont désespérés. Certains ont été poussés à un point tel qu’ils estiment qu’ils n’ont plus rien à perdre.

Lundi, j’ai fait un reportage chez un éleveur de bovins. J’ai ensuite bu plusieurs tasses de café avec lui, sa mère et un vendeur de machines. Une heure et demie plus tard, quand je suis monté dans ma voiture, j’étais vraiment mal à l’aise à cause de tout ce que j’avais entendu. Devoir travailler extrêmement dur chaque jour pour tout juste rembourser les prêts, être constamment poursuivi par une règle après l’autre qui est ensuite parfois vérifiée avec un manque de respect scandaleux.

Influence néfaste des médias sociaux

Un jeune agriculteur a finalement bien résumé la situation. Tant que les pouvoirs, à savoir l’environnement et l’agriculture, ne feront pas partie du même parti, il sera très difficile de trouver des solutions. De nombreuses conséquences pour l’agriculture résultent de décisions prises dans le domaine de l’environnement et de la protection de l’environnement. Personnellement, j’ajouterais. Tant que les décideurs politiques continueront à suivre la communication polarisante qui semble inhérente à l’utilisation des médias sociaux, il semble peu probable que des discussions puissent être menées de manière respectueuse et constructive. Malheureusement, ce n’est pas un parti ou un ministre que nous surprenons en train de faire cela. Il semble que ce soit la maladie de notre époque, en particulier dans le monde politique.

Les élections approchent à nouveau et, dans l’idéal, je voterais pour tous les politiciens qui estiment nécessaire de s’attaquer les uns aux autres sur les médias sociaux. Il reste encore quelques mois, aux politiciens de prouver que j’ai tort.


Texte et photo : Seppe Deckx