Par les yeux de… Jan Huitema, membre du parlement Européen

 “Ma mission? Que l’agriculture de précision soit acceptée en Europe”
Le monde change rapidement, et il en va de même pour l’agriculture et l’horticulture.  Grâce à des capteurs, des robots et un gps, on peut produire de façon beaucoup plus efficace afin d’obtenir plus avec moins de moyens.  Jan Huitema (32) gère un élevage laitier avec ses parents à Makkinga (Pays-Bas), et travaille au parlement européen depuis 2014. Entreprise Agricole a parlé avec Huitema, qui s’occupe de la politique agricole et environnementale et est un fervent défenseur de l’agriculture de précision.  Pour lui, ceci présente beaucoup d’opportunités et d’avantages.

Pourquoi avez-vous fait de l’agriculture de précision votre mission?
“Parce que je suis d’avis que l’agriculture doit être considérée comme une solution importante aux défis mondiaux de demain. La population est en augmentation, les terres agricoles et les matières premières se raréfient, le climat change… Pour pouvoir nourrir la population mondiale tout en maintenant l’impact environnemental au minimum, il faut produire plus avec moins de moyens. L’agriculture de précision est l’un des instruments importants pour cela.”

Qu’en pense-t-on à l’UE à Bruxelles?
“L’agriculture de précision n’en est encore qu’à ses débuts. Tout le monde est favorable aux innovations et à l’agriculture de précision. Mais chaque pays a ses soucis et ses priorités.  Les français ont peur d’un possible impact sur les emplois, et dans les pays de l’Est, on craint que les nations comme les Pays-Bas vont bientôt leur faire de l’ombre. Les organisations environnementales sont sceptiques et craignent une intensification de l’agriculture. Dans les trois cas, je suis convaincu du contraire. Plus d’emplois seront créés, pour les pays d’Europe de l’Est – qui a justement tout à gagner de l’utilisation d’agriculture de précision – aussi. En ce qui concerne les craintes des organisations environnementales, je pense que nous pouvons justement contribuer à rendre et garder la terre, les animaux et les plantes plus sains. L’impact sur l’environnement va justement baisser.”

Quels sont les défis?
“De mon avis, trois défis se profilent: tout d’abord, la législation doit tenir compte de l’agriculture de précision innovante.  On prend bon nombre de mesures environnementales au niveau européen. Je pense qu’il est important qu’agriculteurs et horticulteurs soient consultés et qu’on leur donne la responsabilité de conformer leurs entreprises aux normes de la façon qui leur semble le plus appropriée, au lieu de dicter leur conduite avec la législation. A mon avis, si on leur donne cette responsabilité-là, ils feront plus vite appel à l’agriculture de précision. De plus, une tâche possible pour le législateur est une certaine standardisation. Que l’on puisse combiner les données provenant du champ ou de l’étable, mais que certains instruments de précision et/ou capteurs et tracteurs puissent communiquer entre eux.

Pub

Pub

Pub

“Grâce à l’agriculture de précision, l’impact sur l’environnement sera réduit

Un autre défi est de faire en sorte qu’agriculteurs et horticulteurs aient un revenu leur permettant d’investir dans l’agriculture de précision, et de libérer des budgets pour la recherche. Une gestion commune de l’agriculture jouera un rôle là-dedans, et je considère cela comme une opportunité de renforcer la compétitivité de l’agriculteur sans que ce dernier ne doive dépendre de soutiens financiers.

Enfin, une acceptation de l’agriculture de précision, qui évoluera rapidement à l’avenir.  Plus de technique, plus de changements. Si nous omettons d’impliquer les civils, on pourrait créer une peur et une attitude hostile à l’agriculture de précision.  C’est à nous d’éliminer d’éventuelles réticences”.

Voyez-vous la nécessité de changements sur le plan de la législation à l’avenir?
“Selon moi, il faut créer une liberté de mouvement pour les innovations de demain au niveau européen. La législation européenne est souvent de long terme.  Nous parlons déjà de 2030 ou plus tard encore. Il est crucial de laisser une certaine flexibilité dans la législation européenne afin que, si de nouvelles évolutions se présentent à l’avenir, on puisse utiliser les innovations.”

L’agriculture de l’Europe de l’Est offre-t-elle également des opportunités pour l’agriculture de précision?
“Certainement! L’agriculture est différente dans cette région. On y retrouve des petites et grandes entreprises agricoles. Pour tous deux, l’agriculture de précision est importante. J’en suis persuadé. Regardez, par exemple, l’élevage laitier néerlandais, où même les petites entreprises investissent dans des robots de traite. Les petites entreprises peuvent aussi faire appel à l’agriculture de précision en travaillant avec un entrepreneur agricole.