Rétrospective: SAFE TRAC AUTOMOTEUR-PULVERISATEUR : La base de 50 ans de succès Delvano

Paul Vanlerberghe, fondateur Delvano et père du directeur délégué Carlos Vanlerberghe, était entrepreneur agricole à Hulste mais également technicien passionné. L’une de ses activités dans les années 50 était la pulvérisation en tant qu’entrepreneur agricole. Dans cette période-là, il faisait se travail avec un Unimog, équipé d’un tonneau en bois et un bras de pulvérisation Allaeys à utiliser manuellement.

Par mesure de sécurité et pour obtenir plus de rendement, il a voulu automatiser le bras. Avec de l’air compressé et des ressorts, il a réussi à développer un bras de pulvérisation automatique stable.  Au début des années 60, il a pris la route avec son pulvérisateur automoteur et bras de pulvérisation automatique pour la première fois.  Quand il a construit un pulvérisateur à bras de pulvérisation à commande hydraulique sur un Fordson Dexta en 62, la naissance de Safe Trac était un fait.  Une machine qui continuera à être construite pendant 32 ans.

Collaboration avec De Lille
sized_foto_4_safe-trac-folder-63
C’était surtout le mécontentement à propos des pulvérisateurs disponibles qui a décidé Paul Vanlerberghe à faire le pas pour la construction d’un pulvérisateur. La réconversion du pulvérisateur Unimog était un succès. Mais c’est surtout la gamme proposée, en 62, du distributeur Ford De Lille de Torhout qui a fait la différence.  Celui-ci proposait de convertir un Fordson Dexta en porte-outils et d’en assurer le service.  Vanlerberghe construisait la partie pulvérisatrice et pouvait retomber sur De Lille pour le châssis. La réconversion était effectuée en 66 par De Lille, et ensuite par Paul.
“De Lille fut également le professeur de Paul sur le plan commercial”, se rappelle Carlos Vanlerberghe.

Exportation vers les Pays-Bas
Paul Vanlerberghe est resté entrepreneur agricole pendant quatre années après avoir réalisé sa construction. La demande de collègues entrepreneurs agricoles pour un Safe Trac allait toujours en grandissant. Même dans les Pays-Bas, le distributeur Ford Weststrate de Krabbendijke était intéressé. Il devenait importateur pour les Pays-Bas. En 66, Paul divisait ses activités entre collègues et démarrait sa propre usine.  En septembre 66, il y a tout juste 50 ans, Delvano fut fondé entre Gerard Delaere et René Ottevaere, des cultivateurs de lin flamands actifs en Wallonie. Ils deviendraient le point de contact Delvano pour la Wallonie avec filiale à Alleur (près de Liège). Dix ans plus tard, Paul Vanlerberghe a acheté les parts de ses associés. Depuis, Delvano est en propriété à 100% de la famille Vanlerberghe.

Modèle révolutionnaire
Les premiers Safe Tracs avec le châssis d’un Fordson Dexta à moteur 32 chevaux ou un Super Dexta à moteur à 40 chevaux. Le concept était: construire la cabine devant les roues avant et le tonneau à l’arrière. Ceci ne fut changé qu’à l’introduction de la transmission 4×4. Afin d’obtenir une meilleure répartition du poids sur les quatre roues, le réservoir était avancé.
Le tonneau en bois était arrondie au départ et avait un contenu de 1000 litres.  Peu après, un tonneau carré de 1200 litres était également disponible.
La pompe était une pompe à piston à trois cylindres soit de la marque Allaeys, soit de la marque allemande Platz. La pompe donnait environ 90 l/min. Les conduits en cuivre et les vertèbres étaient achetés chez Sandow.
Le bras automatique en cinq parties faisait 20m de largeur.  On pulvérisait à une pression de 18 à 20 kg.  Le travail n’était bon que quand un nuage de pulvérisation suivait la machine.
Avec ‘Trac’, le nom référait à l’aspect automoteur, ‘Safe’ à la sécurité. Le chauffeur était installé loin du bras de pulvérisation dans une cabine fermée avec une bonne vue.

Évolution
sized_foto_1-dragende_foto_safe-trac-anno-1965Le tracteur standard de Safe Trac est toujours resté un Ford, à l’exception d’une petite série d’une dizaine de tracteurs Fiat 550.
Les modèles utilisés suivaient la gamme Ford. En 66, à la fondation de Delvano, le type standard était déjà équipé d’un Ford 2000 et le ‘super’ d’un Ford Super 3000. Les derniers modèles (années 80 – début 90) utilisés en standard étaient les tracteurs Ford de la série 10 avec, comme modèle plus petit, le Ford 4610 et comme plus grand modèle le Ford 7710 Turbo 4×4. Les tracteurs étaient toujours achetés dans leur entièreté au début et devaient être dépourvus de carrosserie et d’hydraulique. Il aura fallu attendre les années 70 pour que ces tracteurs puissent être achetés comme unités sans carrosserie à Basildon, en Angleterre.

La partie de pulvérisation a également évolué. En 65 déjà, on passait aux pompes a piston à quatre cylindres de la marque italienne Bertolini. Ces pompes était d’une qualité nettement meilleure. On pouvait choisir entre une pompe de 130l/min ou de 120 l/min. Ces pompes pouvaient donner 50 kg de pression et étaient moins chères. Elles avaient toutefois un inconvénient. Elles étaient entièrement en cuivre à l’intérieur, les rendant inutilisables pour pulvériser du lisier. C’est pour cela qu’on est passé vers des pompes Annovi Reverberi il y a une dizaine d’années.
Déjà à partir de 66, un tonneau en polyestre était disponible, d’abord de fabrication italienne, ensuite néerlandaise. La porte était ouverte pour de plus grandes caisses, d’abord de 1500 litres, jusqu’au derniers modèles de 3600 litres.
Après les années des débuts, Delvano fabriquait elle-même ses vertèbres. Avec l’arrivée des spleetdoppen, Albus devenait le livreur privilégié de Delvano.
Le Safe Trac a évolué vers une machine comme nous la connaissons aujourd’hui avec système de remplissage Domix, caisse de nettoyage, commandes électriques, système de réglage Spraymatic avec circulation de liquide continue… tous en option à l’époque.

Hydro Trac digne successeur
En 86, Delvano a introduit l’Hydro Trac, un pulvérisateur entièrement hydraulique. C’était le début de la fin pour le Safe Trac. Les chiffres de vente étaient en chute libre, et à la fin 92, la production fut arrêtée. En tant que successeur arrivait le STM, un automoteur construit sur une unité semi mécanique – semi hydraulique de Merlo.

En tout, on a construit 600 Safe Tracs. Chaque année, environ 25 furent construites avec une année où l’on avait 50 pièces.

Texte: Luc Vande Ginste PHOTOS Luc Vande Ginste & Delvano

Bewaren

Bewaren

Bewaren