Chez Limagrain: la genetique comme lien vers l’agriculture de l’avenir

L’agriculture des décennies à venir connaîtra bien des défis, c’est certain. La sécheresse récente en Europe et à l’ouest de l’Australie, les problèmes dans le colza et le blé en Russie etc. en sont des preuves. Les sélectionneurs devront donc anticiper sur les extrêmes qui se suivront rapidement.

Le temps qu’une race était jugée sur son rendement uniquement est passé. Une race peut être supérieure en termes de rendement mais si elle n’est par exemple pas tolérante à la sécheresse, elle n’aura pas de succès. L’eau reste le facteur de production le plus important. Il en va de même en termes de tolérance de maladies. Un autre problème est que le climat changeant amène aussi d’autres maladies. Il est donc important que la base soit bonne. La technique suivra sans problèmes. Avec cette thématique en tête, Limagrain a lancé un nombre de nouveautés dont la race tolérante à la sécheresse Hydraneo LG 30.215 ou la variété d’orge d’hiver tolérante au virus de la jaunisse nanisante Rafaela.

Étude de pratique dynamique

Le changement est la seule constante dans l’agriculture : non seulement sur le plan climatique mais également en termes de génétique. De plus, l’agriculteur doit être conseillé afin de combiner les bonnes races (précoces, semi-précoces ou tardives) avec le bon sol. En Belgique, beaucoup de maïs est cultivé sur des terrains sableux. Cette année, nous avons pu constater les catastrophes qui peuvent en suivre. Des épis en bordure de champ mais 10m plus loin dans la parcelle plus rien. Le stress de sécheresse (à partir de la floraison) a été néfaste et a crée d’énormes pertes de rendement. Limagrain avait démarré le programme Hydraneo il y a quelques années dans le but de limiter les pertes pour des cas pareils. L’intention était de sélectionner des races tolérantes à la sécheresse avec un bon potentiel de rendement. En plantant des champs d’étude sur 120 emplacements à travers l’Europe et en récoltant des données de température, de quantité de précipitations et d’humidité du sol et de l’air via des capteurs, il a été possible d’arriver à un index de tolérance à la sécheresse Hydraneo. Sur base de ces informations, les clients peuvent vérifier si une race sera compatible avec une terre sensible à la sécheresse. La première race disponible en Belgique porte le label Hydraneo LG 30.215. Il s’agit d’une race à multi-usages au look massif et au rendement de graines au-dessus de la moyenne. Pour les éleveurs porcins, LG 30.215 a l’avantage supplémentaire d’avoir un taux de mycotoxines bas grâce à une bractée bien fermée.

 Le choix de race détermine non seulement le potentiel de rendement, mais aussi votre structure de frais. La problématique des neonicotinoïdes en est une belle preuve (par exemple désinfection des graines avec Argento). Cette forme de désinfection est déjà interdite en Wallonie; en Flandre, la semis des variétés d’hiver sera la dernière où le produit est permis. Malgré le fait que le problème des pucerons n’a fait qu’empirer ces dernières années, il faudra y trouver d’autres parades. Une première option est le traitement de plein champ, mais il s’agit d’une pratique qui doit être répétée régulièrement. Avec Rafaela, Limagrain a développé une variété d’orge d’hiver tolérant au virus de la jaunisse nanisante. Ceci signifie que le virus que les pucerons transmettent se multiplie dans la plante, mais que cette dernière n’en souffre pas au niveau physioloque. Chez Rafaela, les plantes sont insensibles aux pucerons et au virus tout au long de la saison de croissance, où une infection peut causer une perte de rendement de 30%. De plus, il y a du potentiel sur le marché du blé d’hiver. Cela fait la deuxième année de suite que le prix Synagra de l’orge d’hiver est plus élevé que celui du blé d’hiver. L’orge d’hiver est une alternative valable pour ceux qui veulent terminer tôt au champ, encore administrer du lisier ou prévoir une culture de suite (par exemple des choux-fleurs). Rafaela est une race précoce avec une bonne santé générale pouvant être récoltée à frais réduits.

Starcover : un plus dès le début

Un bon départ et une bonne croissance sont cruciales pour le maïs. Avec Starcover, LG introduit un enrobage entièrement organique à base de polymère et de bactéries Rhizobium vivantes. Quand on observe les racines d’une plante, on voit clairement que les plantes bénéficiant de l’enrobage Starcover ont des racines mieux développées et des radicelles plus nombreuses. Les minéraux (dont le phosphate) sont donc mieux absorbées par la plante. Les essais démontrent que le rendement de matière sèche sur les parcelles traitées avec Starcover est plus élevé d’environ 4 à 5% par rapport à la moyenne. Du maïs pareil sera plus résistant au stress en cas de conditions extrêmes (par exemple sécheresse) grâce à des racines mieux développées.

%d blogueurs aiment cette page :