Charrues Kuhn Vari-Master: la finesse française pour les sols du Benelux

DCF 1.0

Depuis presque 30 ans, l’entreprise d’origine française Huard fait partie du groupe Kuhn. Les charrues Kuhn les plus vendues chez nous sont sans aucun doute les modèles Master. Les séries les plus populaires sont sans aucun doute les 153 et les 183, la 153 étant destinée aux sols légers et lourds, et la 183 qui l’est surtout en sols lourds.

Bien que le nom Kuhn ne se retrouve pas encore sur les charrues depuis aussi longtemps que pour certaines autres marques, l’histoire de l’entreprise remonte bel et bien à 1863. C’est au cours de cette année-là que Jean-François Huard fonde son entreprise à Châteaubriand. Aujourd’hui, les charrues Kuhn Master se distinguent par des caractéristiques qui attireront tans les agriculteurs que les entrepreneurs agricoles. Ainsi, il y a le réglage combiné de la largeur du premier sillon et de la ligne de traction tracteur/charrue et l’amortissement Optidrive dans la tête de charrue de la Master 183. Autre astuce qui prévient nombre d’ennuis: le petit filtre sur les flexibles hydrauliques. Ceci évite la pollution depuis le tracteur.

Successeur de la série 400
La série 103 actuelle a fait son entrée sur le marché en 2013 et entame sa quatrième saison. La série Master 103 a connu surtout des améliorations constructives par rapport à la série 102. Ainsi, l’axe supérieur du vérin de retournement est une pièce forgée, les douilles de roulement entre la tête de charrue et le cadre sont modifiées et la soudure du cadre est adaptée afin de permettre la traction par des tracteurs de plus grosses puissances. C’est surtout ce dernier point qui est le résultat de l’augmentation des tracteurs de grosses puissances dans les entreprises agricoles. Un autre renforcement est la construction triangulaire qui renforce le cadre du côté latéral. Selon Kuhn, ce renforcement continue jusqu’au point le plus sollicité de la charrue (la partie avant). Sur une charrue 6 socs, cette construction triangulaire va du deuxième au quatrième corps. Le cadre même se compose d’un tube carré de 150×150 ou 180×180 mm sur les Master 153 et 183. La Master 153 est livrable avec 4, 5 ou 6 socs tandis que la 183 dispose de 5, 6 ou 7 socs. A un dégagement entre corps de 102 cm, la 153 prend entre 30 et 50 cm par soc. La 183 a un dégagement entre corps de 96 cm et laboure entre 30 et 48 cm par soc. Le dégagement sous age est de 80cm pour les deux modèles. La 183 est également disponible dans une version hors-raie.

 Système de largeur variable intégré
Les versions Multi-Master dont la largeur de travail doit être réglée manuellement se font de plus en plus concurrencer par les versions à largeur variable Vari-Master. Surtout maintenant que le guidage GPS adapte de plus en plus souvent la largeur de travail de façon automatique, ne permettant plus uniquement aux champions de la charrue de labourer bien droit. Kuhn a intégré tout le système de variation de la largeur de travail dans le bâti. Ainsi, le système est protégé de la saleté, de l’humidité et d’éventuelles détériorations. Ce qui est agréable pour une machine dont les axes et les bagues ont beaucoup à endurer, surtout lorsque la machine est associée à un guidage GPS. De plus, tout est protégé lors du nettoyage. Les axes sont accessibles via des bouchons en plastique s’il faut les changer.

Un bon labour commence avec un bon réglage de la charrue. La charrue doit être réglée sur base du tracteur. Kuhn a pensé à une solution qui permet de régler la largeur du premier sillon et la ligne de traction en même temps. Pratique et cela permet une belle économie de temps, surtout pour les entrepreneurs agricoles ou agriculteurs qui doivent labourer sur plusieurs profondeurs ou des sols mixtes. Le réglage de la largeur du premier sillon peut, en option, également se faire de façon hydraulique depuis la cabine.

Boulon de traction au lieu de boulon de sécurité.
En termes de sécurité, Kuhn propose deux solutions. La sécurité par boulon de traction qui déclenche lors d’une traction sur la pointe de soc de 4000 kg. Kuhn opte pour une sécurité par boulon de traction au lieu de boulons de sécurité pour un nombre de raisons. Ainsi, les boulons ne se cisaillent pas, ce qui évite les blocages et facilite le remplacement. De plus, la force de traction des boulons ne diminue pas au cours des années. Les trous dans lesquels se trouvent les boulons ne s’usent pas même après de nombreux déclenchements, évitant les écarts sur les versoirs. Cela permet de garder une profondeur de travail constante.

Pour les zones rocailleuses, Kuhn livre le système hydraulique NSH en option. Ainsi, chaque versoir peut s’écarter de pas moins de 70 cm verticalement et selon Kuhn, on économise 25 kg par versoir par rapport aux systèmes de sécurité à ressort. Pour ceux qui désirent régler eux-mêmes le surtarage pour qui souhaite varier, le système Maxibar est livrable. Ainsi, on règle le surtarage entre 600 et 2500 kg depuis la cabine.