L’épandeur de lisier Joskin Volumetra : Un large éventail de possibilités

Fin mai, un nouvel épandeur de lisier Joskin full option est arrivé chez Karel Van Rooy à Vorselaar. Poussée par la curiosité, Entreprise Agricole est allée voir ce qui pousse un entrepreneur
agricole à opter pour un tel engin. Des explications supplémentaires nous ont été fournies par Filip Cambré, du concessionnaire Gejaco.

Pub

Initialement, Van Rooy avait jeté son dévolu sur une autre marque, mais, les choses traînant en longueur, il s’est finalement laissé convaincre par Gejaco d’opter pour un tonneau de Joskin. Son choix s’est finalement porté sur un Volumetra de 22.500 litres. Filip Cambré : « Karel connaît notre service via les produits New Holland qu’il utilise déjà. Et le fait qu’il ne nous faille que deux heures pour aller chercher des pièces détachées chez Joskin aura sans aucun doute aussi joué un rôle dans son choix.

En outre, Joskin possède des trésors d’expérience dans le domaine de l’épandage. Le constructeur wallon assemble de nombreux tonneaux et maîtrise parfaitement la construction et l’utilisation de différentes technologies. Joskin bénéficie aussi de beaucoup de feedback des utilisateurs, ce qui lui permet généralement de résoudre rapidement les éventuels problèmes. »

Full option
Plusieurs Volumetra évoluent déjà en Belgique, mais aucun d’entre eux probablement n’est équipé comme celui de Van Rooy. Cambré : « Van Rooy est un assez gros client pour nous, et c’est agréable de pouvoir lui vendre un engin comme celui-là. Vous avez en outre l’assurance qu’il sera parfaitement entretenu. L’entrepreneur agricole a utilisé l’épandeur précédent pendant 18 ans. Enfin, c’est une excellente carte de visite que notre entreprise présente ainsi à d’autres clients et entreprises agricoles. »
Van Rooy : « L’époque que nous vivons est un peu spéciale, et je me suis quand même demandé un moment si acheter un épandeur comme celui-là était le bon choix. Mais il était commandé depuis plus d’un an, et je ne pouvais plus faire marche arrière. J’estime qu’un entrepreneur agricole doit se distinguer de la concurrence, et c’est précisément pour cette raison que j’ai choisi un
épandeur bourré d’options. Au final, l’épandeur coûte plus que le tracteur qui le tire…

Il y a beaucoup plus de fonctions que sur le tonneau précédent. Cela rend la commande plus compliquée que ce à quoi je m’attendais. Si je m’y suis finalement familiarisé assez rapidement, mon chauffeur a éprouvé plus de difficultés… Il faut dire que ce n’est plus un engin simple. »

Essieu télescopique et système de télégonflage
La combinaison entre un essieu télescopique et système de télégonflage est assez unique, nous explique Filip Cambré. Ce que confirme Van Rooy : « Ici aussi, j’essaie de me démarquer de mes collègues. Mon ancien épandeur était déjà équipé d’un essieu télescopique et je ne voulais plus m’en passer, notamment vis-à-vis de mes clients. »
Van Rooy a opté pour un tridem : « Comme je vais charger le lisier avec l’engin, trois essieux sont nécessaires pour être en ordre en termes de charge d’essieu. L’épandeur est en fait trop cher pour faire du transport, mais acheminer le lisier avec une semi-remorque est compliqué en raison des toutes petites routes du coin. Alors ce tonneau constitue un peu le juste milieu. »

Rampe à pendillards Pendislide Pro
La rampe à pendillards mesure 15 mètres de largeur. Van Rooy : « ’aurais voulu prendre encore plus large, mais bon nombre de nos champs sont étroits, et cela n’aurait pas marché. La rampe Pendislide Pro offre la possibilité de fertiliser avec une demirampe, ce qui évite dans une grande mesure les chevauchements. La pompe est entraînée hydrauliquement afin d’adapter le réglage
du débit. Si une demi-rampe est connectée, seule la moitié du débit est délivrée par la pompe. C’est un avantage appréciable par rapport à une pompe volumétrique mécanique dont le débit resterait constant. »

 

%d blogueurs aiment cette page :