Semer sous plastique: les résultats

Semer du maïs sous plastique n’est pas une nouveauté. Cette technique avait déjà fait parler d’elle au milieu des années 90, mais des problèmes de dégradation du film avaient fait en sorte que cette technique n’est jamais parvenue jusque nos régions.  Ces problèmes désormais résolus, de plus en plus d’agriculteurs s’essaient à la technique.

Le grand avantage de semer sous film est que la saison de pousse est prolongée. On peut s’y prendre de deux façons: dans des régions avec un cycle de culture normale, les races plus tardives peuvent mûrir, alors que dans des régions avec une saison plus courte, on peut cultiver des races normales. Le plastique produit un effet de serre. La jeune pousse peut alors profiter de cette chaleur précoce et de l’humidité piégée sous le film. Lorsque la plante est suffisamment forte, elle poussera à travers le plastique. La culture se passe alors comme pour du maïs planté de manière traditionnelle. Le plastique est entièrement décomposé au moment de la récolte, ne dérangeant pas les cultures suivantes.

Technique

Le semoir Samco sème, administre un traitement herbicide et place le plastique en un seul passage. Le semoir existe dans des versions allant de 2 à 8 rangées, où le film est placé sur 2 rangées.  Chez les versions portées, le réservoir du pulvérisateur est placé à l’avant du tracteur dans le relevage, alors que chez les versions traînées il est monté. On peut semer avec des éléments a socs ou a disques.  La machine fait d’abord un sillon pour que les graines qui germent profitent le plus possible de l’effet de serre. La machine est équipée d’un ordinateur de semis pour assister lors du semis.  Avant de tirer le film, une tête de pulvérisation est utilisée pour administrer un traitement herbicide. Après avoir tiré le plastique, d’autres têtes de pulvérisation assurent alors un traitement herbicide entre les rangées de plastique.

Résultats

Depuis 2014, on a régulièrement semé avec cette technique pour obtenir des résultats représentatifs dans nos régions. Ces dernières années, on a semé du maïs d’ensilage pour ces tests. Pour le maïs à grains, on a testé sur 9 locations. Les résultats de ces tests sont résumés dans les tables ci-dessous. Pour le maïs d’ensilage, on parle d’une amélioration de rendement de matière sèche jusqu’à 33% par hectare. En termes d’amidon, il s’agit de jusqu’à 32% de plus. En ce qui concerne le maïs à grains sous film, les grains sont plus secs (4 à 10° de plus). La hausse de rendement peut aller jusqu’à 4 tonnes.